JE M'INSCRIS À L'ÉVÉNEMENT

L’Observatoire de la Communication Solidaire organise un plateau de 11 tribunes le 20 décembre 2018 à la Sorbonne.

11 personnalités qui ont des choses à nous dire. M.N Lienemann, C. Duflot, E. Cosse, S. Fouks, A. Pulvar, R. Brauman, N. Bordas, B. Gothiere, P. Forteza, S. Orru et F. Ruffin interviendront pendant 30 minutes chacun et échangeront avec la salle sur le thème : “1968-2018, Mobilisations citoyennes, Marée Basse ?”

Les Speakers

Cette année encore, les rencontres de la communication solidaire propose un panel exceptionnel de speakers prestigieux issus des mondes de la communication, des médias, des ONG et de la politique.

Marie-Noelle-Lienemann-
Marie-Noëlle LIENEMANN 
Sénat
Cécile-Duflot
Cécile DUFLOT
OXFAM France
Nicolas-Bordas
Nicolas BORDAS 
TBWA Europe / BEING Worldwide
Stéphane-Fouks
Stéphane FOUKS 
Havas Group
Audrey-Pulvar
Audrey PULVAR 
Fondation pour la Nature et l’Homme
Serge-Orru
Serge ORRU
Mairie de Paris
Emmanuelle-Cosse
Emmanuelle COSSE 
MTEV Consulting
Rony-Brauman
Rony BRAUMAN 
C.R.A.S.H.
Paula-Forteza
Paula FORTEZA
La République En Marche (en attente de confirmation)
François-Ruffin
François RUFFIN
France Insoumise (en attente de confirmation)
BRIGITTE-GOTHIERE
Brigitte GOTHIERE
L214
Tickets
120
Intervenants
11

“1968-2018 : Mobilisations citoyennes, Marée Basse ?”

Le 20 décembre prochain, autour d’une dizaine de personnalités, nous nous réunirons pour débattre de l’état de la mobilisation citoyenne dans notre pays et dans l’Union Européenne. Depuis les mobilisations de 1968, référentiel historique des mobilisations solidaires et citoyennes, les mobilisations contemporaines semblent avoir pris des formes radicalement différentes aujourd’hui. Plus tribales, marketées, communautaires voire communautaristes et virtuelles faisant dire à certains que « les mobilisations citoyennes aujourd’hui c’est marée basse ».
Étymologiquement parlant, la mobilisation représentait l’acte d’assembler des troupes et du matériel afin de préparer une guerre, ou plus généralement de former des professionnels en réponse à une crise.
D’autres considérent la mobilisation comme un moyen. Celui de s’allier et d’agir en faveur d’une cause; de la défendre et la représenter; de se faire entendre et changer les choses. Elle représente le baromètre de l’avancée de la solidarité dans notre société, elle permet aux associations de sensibiliser des personnes de tous âges sur des sujets importants pour la collectivité et notamment celui de l’intérêt général et non particulier.

Les événements de Mai 68 constituent l’un des mouvements sociaux les plus importants du 20ème siècle. Depuis Nuit Debout en 2016 jusqu’aux marches pour le climat en 2018, les mobilisations ont pris des formes bien différentes. L’on s’interroge désormais sur les mobilisations à grand renfort de #. Mais sait-on et peut-on en rélaité mobiliser avec ou sans # aujourd’hui?
La démission du Ministre d’Etat Nicolas Hulot en aout 2018 est révélatrice de la diificulté à mobiliser même au plus haut sommet de l’Etat, et de l’Europe. Si le cas est particulièrment compliqué au niveau français, pays pourtant reconnu sur les questions écologiques, qu’en est-il de la capacité européenne à susciter débats et mobilisations sur des enjeux mondiaux qui dépassent les cadres nationaux et continentaux ? A part les coups d’éclats de certaines structures lors des COOP, des marches diverses et variées, les citoyens sont-ils encore aujourd’hui mobilisés, mobilisables ? Quelles sont les leviers pour les rallier à une cause et toucher massivement les opinions ? Sait-on mobiliser aujourd’hui au delà des hashtags ?

Plan

logo-sorbonne-csfPanthéon La Sorbonne, entrée rue Saint-Jacques, 75005, PARIS

info@communicationsansfrontieres.org | 01 80 48 90 69